Archive | mai, 2016

les kv des moteurs

16 Mai

Mais Que signifient les KV et les tours ?

Les moteurs brushed ou à charbon étaient classés par tours en fonction de leur bobinage.

 

Par habitude, cette dénomination de puissance des moteurs a été conservée pour indiquer la puissance des moteurs brushless.

 

Certains moteurs sont indiqués en tours et d’autres en KV.

 

Voici un tableau que je viens de réaliser et qui permet de trouver facilement le rapport entre KV et tours.


Les KV ne représentent pas la puissance du moteur.

 

Pour preuve, un moteur de 1/18° tout petit peut faire 8000 KV et pourtant il ne tractera jamais un gros 1/8°

 

1 KV signifie 1 rotation de 1 tour par minute du moteur pour 1 volt.

 

Ex : 1 moteur de 2000 KV

 

Sous 1 volt, il tourne à 2000 tours / min

 

En Lipo 4s, il tourne à 16 volts x 2000 tours = 32.000 tours / min

 

Attention, un moteur brushless est presque toujours fait pour tourner au MAXIMUM a 50.000 tours / min (voire 60.000 tr/mn pour les moteurs haut de gamme).

 

Donc notre moteur de 2000 KV peut supporter

 

50.000 / 2000 = 25 volts

 

Les KV peuvent être assimilés à la puissance en CV d’un moteur de voiture

 

C’est la puissance en Watts qui compte.

La puissance en watts peut être assimilée au couple d’un moteur de voiture.

Elle est souvent difficile à trouver sur le site des fabricants.

 

Par exemple on la trouve facilement sur le site des moteurs Neu :

 

http://www.neumotors.com/Site/1500_series.html

 

Ainsi la gamme 1512 comparable à celle d’un xerun 4068 consomme 1000 watts  en usage normal et 2000 watts en pointe. Elle correspond bien à un buggy 1/8° de 3,5 kg

 

La gamme 1515 comparable à celle d’un xerun 4074 ou 4274 consomme 1250 watts  en usage normal et 2500 watts en pointe. Elle correspond bien à un truggy 1/8° de 4 kg

 

La gamme 1521 comparable à la gamme d’un xerun 4080 consomme 1500 watts  en usage normal et 3000 watts en pointe. Elle correspond bien à un Losi LST ou un Savage 1/8° de 5 à 7 kg

 

Pour choisir votre vario en fonction de votre moteur, regardez ma rubrique

 

Quelle puissance pour votre vario

Comment définir la puissance necessaire à votre variateur

 

En fait, elle dépend tout simplement de la puissance en WATTS que peut consommer votre moteur à sa puissance maximale.

 

 

1/ Il faut d’abord fouiller sur internet pour trouver cette puissance.

 

Par exemple,

 

– Les moteurs de buggys 1/8° Castle Creation 1512, Tekin RX8 ou xerun 4068 consomment en pointe 2000 WATTS

 

– Les moteurs de truggys 1/8° Castle Creation 1515, Tekin RX8 ou xerun 4074 consomment en pointe 2500 WATTS

 

– Les moteurs de Monster 1/8° Castle Creation 1518, ouxerun 4084 consomment en pointe 3500 WATTS

 

 

2/ Ensuite, il suffit d’applique la formule

 

P = U x I

 

P est la puissance en Watts

U est la tension, en volts.
I en Ampères.

 

Attention, un accu Lipo a un voltage fortement variable

En pleine charge 1S = 4,15 volts

En limite de décharge 1S = 3,00 volts

 

 

Exemple 1 :

– moteur CASTLE 1512 de 2000 WATTS

– accu Lipo 4s (en limite de décharge = 4 x 3 Volts = 12 Volts)

 

2000 = 12 x I

 

I = 2000 / 12 = 167 Ampères

 

 

Exemple 2 : 

– moteur CASTLE 1512 de 2000 WATTS

– accu Lipo 5s (en limite de décharge = 5 x 3 Volts = 15 Volts)

 

2000 = 15 x I

 

I = 2000 / 15 = 133 Ampères

 

 

Exemple 3 :

– moteur TEKIN T8 série 4038 pour truggy de 2500 WATTS

– accu Lipo 5s (en limite de décharge = 5 x 3 Volts = 15 Volts)

 

2500 = 15 x I

 

I = 2500 / 15 = 167 Ampères

 

 

Publicités

les batteries

16 Mai

introduction

Les batteries sont le plus souvent désignés par les expressions : « Accus » ou « Packs d’accus » ou encore « Packs » par les modélistes.

          Les accus sont un facteur déterminant de la puissance (l’accélération) et de l’autonomie (5 min, 8 min…) de votre voiture.

          La valeur des accus est indiquée en Milliampères Heure « mAh ».

          De façon générale, plus la valeur en « mAh » est élevée et plus l’autonomie est importante.
Par contre, l’accélération n’est pas forcément reliée à la capacité : un très bon pack de 2000mAh peut avoir plus de puissance qu’un mauvais de 3700mAh.

          L’accélération est donnée par la gamme du pack (loisir, compétition).

           Aujourd’hui les valeurs vont de 1000 mAh à 2000 mAh pour les batteries de réception et de 1100 mAh à 5100 mAh pour celles de propulsions, cela dépends du nombre d’accu. Mais elles sont en constante progression.

          Avant d’aller plus loin, voici le détail d’un pack d’accus (Ni-Mh, Ni-Cd):

image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/patte.jpg

JPEG - 15.3 ko

Patte de fixation des éléments
image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/pk.jpg

JPEG - 19.1 ko

Prises PK malles et femelles
image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/cable.jpg

JPEG - 24 ko

Câbles silocone
image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/element.jpg

JPEG - 19.7 ko

Element (accu) en 4200 mAh

I. Généralités

Un pack d’accus (ou une batteire) est composé(e) de plusieurs éléments :

  • 4 éléments pour les 1/12, Mini Z,  etc.
  • 6  à 7 éléments pour les 1/10h

En magasin, vous les trouverez vendus sous 3 conditionnements différents :

En sticks (batterie) : image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/stick.jpg

Eléments vendus à l’unité, pack à monter soi même :
image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/43-1.jpg

JPEG - 4.4 ko

Dans des boîtes cartonnées prés câblés ou non : image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/boite.jpg

II. Les accus Ni-Cd

La plus ancienne technologie d’accus utilisée en RC encore disponible aujourd’hui. La dernière génération d’accus Nickel-Cadium Ni-Cd propose une capacité de 2400 mAh  et sont tout à fait corrects pour une utilisation loisir.

image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/43-3.jpg

          Les points forts :

  • Les 2400 mAh sont appréciés pour leur pêche et leur autonomie largement suffisante pour tourner 5 minutes avec un bon moteur.
  • De plus, ces accus ne nécessitent pas un super chargeur, un Delta ou Digi Peak bas de gamme suffit largement.

Les points faibles :

  • leur nocivité reconnues sur l’environnement.
  • leur interdiction en compétition.

Cette technologie tend a disparaître à cause de l’arrivé des accus Ni-Mh qui offre plus d’autonomie.

          Ces packs présentent un effet mémoire important (les éléments se souviennent de leur dernière charge) qui diminue leur durée de vie s’ils sont mal entretenu, il est donc nécessaire de les décharger après chaque utilisation.

          Pour mieux conserver vos accus Ni-Cd et donc augmenter leur durée de vie, il vous faut respecter certaines règles :

  • Charge : entre 4 et 5,5 A max
  • Tour de piste : quand vous n’avez presque plus de jus en fin de pack, il faut stopper votre voiture et ne pas la forcer à continuer, cette erreur classique de débutant nuit gravement à la santé du pack.
  • Décharge : ne pas oublier après avoir utilisé vos packs de les décharger un par un (également valable pour le stockage), pour cela, il existe différentes techniques selon les budgets :
 
chargeur/déchargeur LRP Pulsar

image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/lrp.jpg

JPEG - 18.3 ko

image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/novak.jpg

JPEG - 20.4 ko

Plaque de décharge haut de gamme Novak

          L’usage d’une ampoule risque d’abîmer le pack. Il faut absolument la débrancher avant que le pack ne soit complètement vide.

          Par contre, il faut ensuite vider, dans tous les cas, le pack complètement avec une plaque de dècharge lente pour égaliser les éléments.

image: http://www.gaz-on.net/IMG/gif/plaque.gif

GIF - 4.1 ko

Plaque de décharge lente Orion

 

III. Les accus Ni-Mh

Apparus vers 2000 avec une capacité de 3000 mAh, puis 3300 mAh à partir de 2003, 3600 mAh et 3700mAh en 2005 et enfin  4200 en 2006. Les Ni-Mh se sont rapidement imposés face aux Ni-Cd malgré les contraintes techniques liées à leur usage et leurs résultats pas toujours au top dans les premiers temps (lors des premiers modéles).

image: http://www.gaz-on.net/IMG/jpg/43-2.jpg

          Les points forts :

  • Depuis la mise en place des 3300 mAh , la pêche ne fait plus défaut (gros probléme des 3000 mAh), elle est même supérieure au Ni-Cd 2400 mAh et leur autonomie est toujours aussi remarquable.

Les points faibles:

  • Ces accus nécessitent l’achat d’un chargeur adapté à la technologie Ni-Mh.

 

Pour mieux conserver vos accus Ni-Mh et donc augmenter leur durée de vie, il vous faut respecter certaines règles :

  • Charge : entre 5,5 A et 6 A
  • Tour de piste : quand vous n’avez presque plus de jus en fin de pack, stopper votre voiture et ne la forcer pas à continuer, cette erreur classique de débutant nuit gravement à la santé du pack.

Décharge :

Contrairement aux packs Ni-Cd, il n’est pas obligatoire de les décharger après chaque utilisation ; pour peu que vous ne le réutilisiez pas rapidement.
Cependant, si vous utilisez régulièrement vous packs (1 fois par semaine), je vous conseille de les décharger après avoir roulé.
Autre cas de figure, votre pack a été déchargé, mais vous n’allez pas vous en servir avant un bon moment, chargez le alors à 500 mAh et conservez le tel que. Pensez cependant à les décharger complètement avant leur nouvelle charge grâce à une plaque de décharge ou à  un déchargeur électronique.

Stockage :

  • Usage occasionnel : conservez les avec une charge de 500mA.
  • Usage très occasionnel : conservez les avec une à demi-charge.

En savoir plus sur http://sparrowhawk-xxt.e-monsite.com/pages/technique/les-batteries.html#Gr5lBKX1DFrFOKQE.99

les li-po

16 Mai

          Les batteries Li-Po (Lithium Polymere) apparaissent timidement depuis 2006, dans le domaine de la voiture radoicommandée  alors que cette technologie est déjà bien présente sur les hélicoptères radiocommandés par exemple.

Les batteries de type « Lithium » ont une capacité poids/puissance beaucoup plus intéressante comparée aux batteries de type Ni-Cd (Cadmium Nickel) et Ni-MH (Nickel & métaux hybrides). Pour la même capacité, elles pèsent le tiers du poids d’un pack traditionnel.

         C’est pourquoi, cette technologie est clairement celle qui est embarqué dans les voitures radiocommandées de nos jours.

          Un autre aspect diffencie les Li-Po aux Ni-Mh ou Ni-Cd, c’est l’expression de la capacité, elle est notée en C (Coulomb, 1 C = 1A.s).

image: http://www.aliz.fr/boutique/images/T2951002C.jpg

Attention, ces batteries sont pratiques car de petite taille, mais il faut en prendre un soin particulier car les conséquences d’une mauvaise utilisation peuvent être catastrophique (risques d’explosion).

 

      a) Avantages

          Elles sont légères et offrent dans un volume faible une capacité importante. Elles ont un taux d’autodécharge de 10% par mois seulement, ce qui permet d’avoir des batteries chargées toujours prêtes à l’emploi (comme les batteries au plomb), contrairement aux piles rechargeables classiques (technologie Ni-MH).

      b) Inconvénients

  • Elles ont une limite dans le taux de décharge et de charge :
    • Pour la décharge c’est un maximum de 15 fois (pour les meilleures)
    • La capacité de la batterie et le taux de charge est de 1 pour 1, donc ça prend 1 heure pour la charger (en fait compter le double, voir le triple).
  • Elles sont fragiles, aussi bien mécaniquement qu’électriquement.
  • Elles sont chères !!!

      c) Disponibilité

           Ces batteries sont désormais disponibles facilement, que ce soit en éléments à l’unité pour composer ses propres packs ou sous forme de packs assemblés, avec des connecteurs standards.

          d) Précisions techniques et courbes caractéristiques

          Ce sont généralement des éléments de 4,2 volts au lieu des traditionnels éléments de 1,2 volts.

      Caractéristique chargement / déchargement

       En début de charge et durant toute la première phase de la charge, le courant est limité et la tension augmente petit à petit jusqu’à atteindre la tension régulée.

          A partir de là on atteint la deuxième phase dite de remplissage la tension reste parfaitement stable et alors le courant diminue.

          La charge est terminée lorsque le courant passe en dessous du seuil de 0,03C (1 Coulomb=1A*s). Il est alors impératif de couper la charge, car les accus au Lithium ne supportent absolument pas la surcharge.

      Courbe de capacité en fonction de la décharge

image: http://www.pobot.org/IMG/png/dia_capacites_decharges.png

PNG - 51.3 ko - next picture

      Courbe de capacité en fonction de la température extérieure

image: http://www.pobot.org/IMG/png/dia_capacites_temperatures.png

PNG - 72.9 ko - next picture      Évolution de la capacité en fonction du nombre de cycle de charge/décharge

image: http://www.pobot.org/IMG/png/dia_capacite_cycles_charge.png

PNG - 67.7 ko - next picture

      Capacité restituée en fonction du taux de charge

image: http://www.pobot.org/IMG/png/dia_capacite_taux_charge.png

PNG - 13.7 ko - next picture

                   e) Quelques règles pour la charge

          Les règles de sécurité énoncées ci-dessous peuvent paraitre contraignantes, en fait elles sont valable pour tout type de batteries.

          Les batteries au NiCd sont peut être plus résistante aux mauvais traitements, mais elles n’en souffrent pas moins et leurs performances diminuent très vite. De nombreux accidents ont eu lieu avec ce type de batterie (NiCd), un modéliste a eu une main arrachée ! En effet sous certaines conditions, elles explosent comme des grenades ! Tandis que les lipos brulent (ce qui est déjà suffisamment dangereux) !

  • Avant toute recharge ou utilisation vérifier le voltage aux bornes du pack !!
  • Une fois la charge terminée ne jamais remettre en charge le pack pour les « gonfler à bloc » car dès les premiers instants le chargeur va envoyer un courant fort, ce qui risque de provoquer une surchauffe menant tous droit à une combustion.
  • Seuls les chargeurs spécifiquement étudiés pour la charge des batteries Lithium Polymère doivent être utilisés pour recharger ces types d’éléments.
  • Utiliser des connecteurs fiables pour éviter de mettre les éléments un court circuit sur une simple étourderie (les prises femelles sont recommandées pour les packs, les prises mâles pour les chargeurs).
  • Faire attention avec les chargeurs utilisant des fiches bananes. Toujours déconnecter les packs des cordons avant de faire une quelconque manipulation des fiches bananes connectées dans le chargeur. Il est vraiment très facile de provoquer un court circuit avec ces fiches qui sont mâles toutes les deux (la rouge et la noire).
  • Pour les meilleurs résultats il faut utiliser des chargeurs du type CC/CV (constant current / constant voltage). Ces chargeurs chargent à1C et 4.2v et diminuent le taux de charge vers la fin.

          Les éléments sont chargés à 90% en une heure et peuvent rester encore connectés de 40 a 50 minutes pour arriver à une charge vraiment complète. Le voltage de charge maximum autorisé par élément est de 4.25v. L’intensité maximale de charge est de 1C (ex : 700ma pour un élément 700 ma)

  • Ne jamais charger les Li-po à plus de 1C. Cela réduirait la durée de vie des éléments et apporte un gain de temps vraiment négligeable. Préférer les charges lentes.

image: http://www.flashrc.com/images/produits/791/BC8_1.jpg

          f) Précautions d’usage

          Beaucoup d’objets que nous utilisons dans la vie courante, auto, couteaux, etc… peuvent provoquer de sérieux dommages matériels et corporels s’il ne sont pas utilisés en respectant quelques règles élémentaires. Il en est de même pour les batteries Li-po qui peuvent s’avérer dangereuses si elles ne sont pas utilisées et manipulées correctement.

           Des systèmes de sécurité (circuits de contrôle) commencent à apparaitre. Ces systèmes sont intégrés au pack d’accus et préviennent la plupart des risques d’accident. Préférez ces types de packs.

          Soyez absolument certain que votre chargeur Li-po est correctement configuré pour la batterie que vous allez charger.

          Le voltage et l’intensité doivent être tous les deux corrects. Deux vérifications valent mieux qu’une. Une surcharge importante, c’est à coup sûr une destruction du pack et un risque de combustion. Vous devez charger vos batteries sur une surface à l’épreuve du feu, l’idéal serait une boîte en céramique ouverte vers le haut. Certains utilisent des jardinières rectangulaires en terre cuite, d’autres préfèrent leur cheminée. Pas de boîte en métal par pitié.

          Ne pas charger à proximité de matières inflammables, liquides ou solides, meubles en bois etc…

          Les éléments neufs ont une charge initiale élevée. Il faut toujours prendre soin que jamais des éléments puissent entrer en court circuit :

  • Stocker les éléments dans un endroit frais et sec
  • Ne pas mettre des éléments dans la poche (contact avec le trousseau de clefs par ex…), un sac ou ils pourraient entrer en court circuit avec d’autres objets
  • Ne pas stocker les éléments ’en vrac’
  • Ne pas placer les éléments sur des surfaces conductrices de courant : boite en métal, table métal etc…
  • Ne pas exposer les éléments à la chaleur (plage arrière de la voiture en plein soleil par exemple) Ne pas laisser les éléments ou pack à porté des enfants Faire attention à ce que les packs ne soient par perforés par des objets métalliques (stockage dans la boite à outil).

          Un pack abimé suite à un choc (crash) est potentiellement dangereux et peut prendre feu suite à un court circuit interne.

          Un pack abimé peu mettre plus de 10 minutes à prendre feu. Un pack en court-circuit – même très peu de temps – doit être mis sous surveillance car il peut mettre plus de 10 minutes à prendre feu après l’incident.

          Si de l’électrolyte des éléments se retrouve en contact avec votre peau, lavez abondamment avec du savon et de l’eau. Pour un contact avec les yeux, rincer abondamment à l’eau froide et voir un médecin immédiatement. Le batteries doivent être complètement déchargées avant d’être jetées (dans un conteneur aproprié). Une batterie non déchargée peu encore prendre feu après avoir été jetée. n’utiliser que des batteries conçues pour l’utilisation que vous en faites.

          La charge se fait à tension constante et courant limité. La particularité de la charge des accus au Lithium tient à deux choses primordiales.

  • Ils ne supportent pas la surcharge aussi faible soit elle et encore moins un léger court circuit.
  • Il faut respecter le niveau de la tension de charge sinon ça ne charge pas.

          Ceci fait que la fourchette entre la tension minimale de charge et la limite à ne pas dépasser sous peine de surcharge est très faible. Il faut donc que la tension de charge soit régulée très précisément. La technologies Li-po à une tension de charge de 4,2 Volts par élément.

          La tolérance aujourd’hui admise est de +/- 0,05V par élément. Le courant de charge doit être limité entre C/2 et 1C. Dans ces conditions respectées, la charge dure entre 2 et 3 heures.

          Certains chargeurs réputés charger les accus au Lithium en 1 heure, en fait ne chargent ceux-ci que partiellement. On n’atteint en 1 heure environ seulement 75% de la capacité de l’accu, quelque soit le courant, et il faut encore du temps pour atteindre la charge totale.

          Si on surcharge un accu au Lithium il produit de l’hydrogène. Il y a donc une surpression et un échauffement qui peuvent aller jusqu’à l’explosion de l’élément. Les packs souples Li-po sont sensibles, et même si ils n’explosent pas fort, ils s’enflamment très fortement ce qui peut causer de graves brulures.

Si vous détectez une élévation de la température, c’est anormal : Arrêtez tout.

      V. Conclusion

Après ce rapide tour d’horizon des batteries utilisées sur nos voitures radiocommandées, vous devriez être à même de déterminer quel type d’accus convient à votre utilisation.

RAPPEL : vérifier bien la compatibilité des chargeurs avec les batteries ainsi que la vitesse de chargement des accus ( voir notice du chargeur)

En savoir plus sur http://sparrowhawk-xxt.e-monsite.com/pages/technique/les-batteries.html#Gr5lBKX1DFrFOKQE.99

Image

AIDE RC ELECTRIQUE

14 Mai

image: http://idata.over-blog.com/3/15/33/77/courbebrushless.jpg

          b) Le variateur électronique

image: http://idata.over-blog.com/3/15/33/77//SPGT2.jpg


                                                                                                Un Speed Passion GT2 Pro

En anglais : ESC = electronic speed controller.

C’est le variateur électronique (aussi appelé contrôleur) qui délivre le courant et l’ampérage au moteur. Son rôle est de réguler la tension pour donner plus ou moins de vitesse au moteur, mais aussi de laisser passer l’ampérage dont il aura besoin.

Tout à l’heure, nous avons parlé des watts du moteur. Sachant que :
P=UI (P=puissance en watt, U=tension en volt et I=ampérage)
vous comprenez bien qu’un moteur demandant beaucoup de watt devra être couplé à un variateur capable délivrer beaucoup d’ampérage puisque la tension est constante (+ ou – 7,4v pour un accu LiPo).
En choisissant un moteur à faible T, vous augmenterez votre exigence en puissance pour le contrôleur. Par exemple, d’après le site du constructeur, un LRP X-11 5.5T consomme 463W. Pour une tension de 7,4v, il faudra un ampérage de :
I=463/7,4=62,6 Ampères. Un contrôleur de 80 A sera donc un bon choix. Bien entendu, qui peut le plus peut le moins, et si vous prenez un contrôleur de 100 ou de 120 A, vous aurez d’autant plus de marge et votre contrôleur chauffera moins.

Si vous regardez les caractéristiques des variateurs, vous n’aurez pas toujours l’ampérage continu supporté (attention à ne pas vous baser sur l’ampérage en pointe qui ne dure que quelques secondes). Par contre, vous verrez qu’il est toujours indiqué le nombre minimum de tours des moteurs acceptés. Si ce nombre est de 8.5T par exemple, vous pourrez y brancher un moteur de 8.5T et plus, mais pas moins.

D’autres critères de choix sont à prendre en compte, et sont liés à la qualité de fabrication du contrôleur :

La résistance interne. Plus elle est faible, meilleur sera le rendement car moins il y aura de perte de puissance.
Les capacités de parametrage. Il est en effet possible de personnaliser un grand nombre de paramètres comme la puissance de l’accélération, la puissance du freinage et du frein moteur, ou le « cut-off » (tension en dessous de laquelle le variateur se coupe pour ne pas déteriorer la batterie LiPo). En fonction du contrôleur, ce paramétrage peut se faire avec un bouton, avec une carte de programmation externe, avec un logiciel sur un PC (bien entendu, qui peut le plus peut le moins), ou pas du tout. Le Nosram Evil Power par exemple est entièrement automatique et aucun réglage n’est personnalisable.

image: http://idata.over-blog.com/3/15/33/77//carteparam.jpg


La carte de programmation du Speed Passion GT2
En savoir plus sur http://sparrowhawk-xxt.e-monsite.com/pages/technique/choisir-son-moteur-brushless-et-le-variateur.html#J3DKKAjwKTpRAVaT.99

Rechercher

via Rechercher.

AIDE VOITURE RC

14 Mai

          Il existait une époque où les moteurs devaient s’entretenir. Il fallait commencer par le roder, puis tous les 10 runs, nettoyer le collecteur, graisser, changer les charbons. Du côté des variateurs, ils étaient mécaniques : une tige en métal se déplaçait mécaniquement à l’aide d’un servo sur une résistance pour faire varier la tension. Désolé, mais cette époque, je ne vais pas vous en parler car je ne l’ai pas vécue ! Je vais donc vous parler de ce qui se fait aujourd’hui : les moteurs brushless, donc sans charbons, et les variateurs électroniques.

I/ Principe et avantages du brushless

Je ne vais pas vous faire un cours de mécanique sur le moteur Brushless, j’en serais bien incapable. Mais ce qu’il faut savoir c’est simplement que les charbons ne sont plus nécessaire dans ce genre de moteurs. Résultat : pas de frottement, donc moins de chauffe, moins de consommation, et un bien meilleur rendement. De plus, l’entretient se résume à un dépoussiérage et il n’y a aucun rodage à faire. Le moteur est utilisable en sortie de boîte.

II/ Comment choisir son moteur et son ESC ?

          a) Le moteur

 

image: http://idata.over-blog.com/3/15/33/77//LRPX12.jpg

                                                            Un LRP X-12 3.5T
Le choix d’un moteur brushless ne se fait pas à la va-vite. Il faut comprendre les chiffres pour acheter un moteur adapté à l’utilisation qu’on en aura. En gros, certains moteurs vous donneront plus de couple, d’autres plus de vitesse, mais aucun ne vous donnera les deux en grande quantité. Il faut donc choisir en connaissance de cause.

Plusieurs chiffres sont à prendre en compte :
– les kv
– les T
– les watts

Les kv vous indiquent le nombre de tours/min par volt. A vide, un moteur de 5 800 kv sera donc capable de tourner à 5 800 trs/min pour 1 volt, soit 42 920 tours avec les 7,4 volts d’un accu LiPo. Donc plus le nombre de kv est grand, plus le moteur ira vite.
Le couple, lui, est donné par le nombre de tours (T). Plus T est grand, plus le couple sera important. Malheureusement, la fabrication des moteurs brushless implique que la vitesse sera également dimininuée. Il n’y a donc pas de miracle, et les kv sont étroitement liés à T.

Donc, pour résumer, un fort kv sera lié à un petit nombre T, et le moteur sera fait pour la vitesse de pointe. Un faible kv sera lié à un grand nombre T et le moteur sera fait pour arracher le sol à l’accélération.

Dans la pratique, nos petits bolides sont suffisamment légers pour que la perte de couple liée à l’augmentation des kv ne soit pas aussi pénalisante que ça. Choisissez donc un moteur à fort kv (donc à faible T) pour avoir une voiture plus performante. Attention cependant, « sans maîtrise la puissance n’est rien » ! Et avoir de la puissance sous le doigt ne veut pas dire que vous irez plus vite. Si c’est pour partir en glissade ou en roue arrière (wiling) à chaque fois que vous effleurez la manette des gaz, vous perdrez plus de temps dans les parties sinueuses que vous en gagnerez dans la ligne droite.

Le choix se fera donc en fonction de ce que vous voulez faire. S’il s’agit d’équiper une voiture de piste, un moteur rapide sera gagnant, donc choisir un petit nombre de tours (3.5 ou 4.5). Si vous voulez faire de la course off-road, il faut monter en tours entre 5.5 et 10.5 car la vitesse est moins importante. Pour du trial ou du franchissement, vous pouvez monter jusqu’à 21.5T.
Il y a bien entendu d’autres facteurs liés aux choix technologiques et à la qualité de fabrication qui vont jouer sur la vitesse et le couple d’un moteur, et c’est ce qui va faire la différence d’une marque à l’autre pour une même nombre de tours.

Enfin, on peut aussi jouer sur le rapport de vitesse (la taille des pignons) pour donner plus ou moins d’accélération ou de vitesse de pointe à la voiture. Et ce point est au moins aussi important que le choix du moteur.

Une dernière caractéristique dont nous n’avons pas encore parlé, ce sont les watts. Ils vous donneront la consommation maximale du moteur. Plus le moteur a un fort kv, et donc un faible T, plus il sera gourmant en watts. Ce chiffre est important pour le choix du contrôleur qui devra être capable de délivrer cette puissance.

En savoir plus sur http://sparrowhawk-xxt.e-monsite.com/pages/technique/choisir-son-moteur-brushless-et-le-variateur.html#J3DKKAjwKTpRAVaT.99